Les saris de Patola

Lors de notre visite à Patan, nous avons également découverts le procédé très artisanal de la fabrication des saris de Patola. Nous sommes restés bouches bées d’admiration devant ce travail de titan que constitue la fabrication d’un seul sari.

La technique utilisée est celle du « tie and dye ». En gros, les motifs du sari sont imprimés sur les fils de soie avant le tissage. La teinture se fait couleur par couleur. Avant le bain de chaque couleur, il faut donc couvrir les zones des fils de soie qui ne doivent pas être teintes en les entourant de fils de coton noués de manière très serrée. Pour cela les artisans suivent des modèles représentant le motif un peu à la manière « pixel art ». 

Tie_and_dye_Patola

Technique du « tie and dye »

Cela demande une précision et une patience incroyable! Imaginez le travail pour une couleur… et bien ensuite il faut recommencer, enlever les fils de la partie non teinte, et recouvrir à nouveau selon le motif toutes les autres zones qui ne doivent pas s’imprégner du prochain bain de teinture. Et quand ce travail gigantesque est achevé pour la partie noeuds/teinture (cela peut prendre 3 à 5 mois avec 4 personnes à plein temps), il faut encore compter un mois de tissage.

Metier_a_tisser_Patola

Métier à tisser de saris de Patola

 

Moi je dis chapeau! Pourquoi faire simple en teignant le motif sur la soie déjà tissée par exemple? Non c’est beaucoup plus challenging de teindre fil par fil, couleur par couleur avant de tisser le tout ! Res-pect!

Ce savoir faire risque quand même de disparaitre. Actuellement il ne reste que 3 familles à le maîtriser et à l’exploiter. Et il semble que peu soient intéressés à le perpétuer, il faut dire qu’il nécessite 8 ans d’apprentissage, ce qui a de quoi décourager on le comprend, même si c’est franchement dommage de perdre cette connaissance unique. En tout cas, la visite de cet atelier nous a vraiment impressionnés!

 Atelier_de_saris_Patola

Atelier de la famille Salvi à Patan

 

Alors j’aurais bien ramené un sari en souvenir, mais il aurait quand même fallu sortir la modique somme de 1 lakh (1500€) pour un modèle simple et jusqu’à 8 lakhs (12000€) pour un des modèles les plus complexes! Sans compter que ma commande aurait été placée en liste d’attente et que j’aurais dû patienter 18 mois. Et oui, un sari Patola, ça se mérite! A une certaine époque, ils étaient uniquement réservés à l’aristocratie et à la royauté.

sari_Patola

Exemple de motif d’un sari Patola

 

About the Author

1 thought on “Les saris de Patola

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *