Vellore et son golden temple : le disneyland du temple

Toujours pour accommoder la route du retour vers Bangalore, nous avions décidé de faire un autre arrêt, cette fois à Vellore, pour visiter un temple ancien mentionné dans nos guides. Nous demandons donc à notre chauffeur de nous y emmener. Apparemment, il n’y est jamais allé mais n’hésites pas à demander son chemin et c’est gentiment que plusieurs personnes nous guident jusqu’à ce temple, que certains semblent surnommer le « golden temple ». A l’arrivée, nous sommes impressionnés par les moyens logistiques mis en œuvre par ce temple : immenses parkings, système de caisse flambant neuf (nous avons choisi l’option payante pour avoir un accès rapide au cœur du temple), gestion des chaussures très professionnelles (les chaussures sont emballées séparément dans des sacs plastiques recyclables puis étiquetées alors que d’habitude cela ressemble plus à une montagne de chaussures et de tongs à l’entrée du temple), toilettes ultra clean… Bon nous nous lançons dans le dédale de barrières qui doit nous amener au sanctuaire. Heureusement aujourd’hui les lieux ne sont pas trop fréquentés et nous ne faisons que déambuler dans ces labyrinthes mais on voit bien que les installations sont prévues pour accueillir une foule compacte. Pour un temple dont la description occupe à peine quelques lignes dans nos guides touristiques, il semble qu’il attire pourtant une foule importante de locaux. Nous poursuivons, et une fois le chemin de rambardes terminées, nous arrivons dans une autre partie, là un chemin qui doit nous guider au temple et au sanctuaire. Ce chemin traverse plusieurs fois des boutiques vendant différents objets de toutes sortes (??), interloqués, nous continuons. Nous arrivons ensuite dans une allée couverte, formant une immense étoile au centre de laquelle nous pouvons enfin apercevoir le temple et le sanctuaire. Celui-ci semble grandiose, tout couvert d’or de haut en bas. Le décor n’en est pas moins hallucinant, on se croirait chez Disney. Nous sommes dans un parc verdoyant, entretenu d’une manière irréprochable, avec des arbustes taillés en forme de paons, des bassins en cascades aux eaux limpides et dont les fonds sont couverts de pièces de monnaie.

Golden_temple_Sripuram_Vellore

bassins_golden_temple_vellore

Bon là, on se dit qu’il n’y a pas grand-chose à voir avec le vieux temple en pierre du XVIe siècle dont nous venions de lire la description dans la voiture. Nous comprenons que nous sommes tombés dans un de ces temples construits par un gourou, qui draine des masses d’argent phénoménales et qui réussissent également à attirer de nombreux fidèles. Un peu verts de s’être fait embarqués là dedans, nous continuons sur le chemin, de toute façon il ne semble pas y avoir d’autres options. Et finir ce parcours en étoile fut long, très long, pas moins d’1,5km.

chemin_en_etoile_sripuram

Sur le chemin, on pouvait lire différents messages du gourou surnommé « Amma », quel est le but de la vie humaine, quels sont nos devoirs en tant qu’êtres humains, ce qu’il est bon de faire… Nous arrivons enfin aux abords du sanctuaire, nous sommes vraiment dans une ambiance très « bling-bling » : tout est entièrement couvert d’or, d’immenses lustres en cristal pendent du plafond… et nous pouvons enfin passer devant la divinité des lieux, Narayani, une des formes de Lakshmi, la déesse de la fortune et de la richesse (comme par hasard…).

narayani

Bon finalement avec le recul, nous sommes contents d’avoir eu l’occasion de visiter ce genre d’endroit. On voit souvent ces gourous dans les aéroports ou les festivals, entourés de tout un staff et ne semblant pas manquer d’argent. Là c’est sûr on en a la confirmation, pour construire un endroit pareil, il faut en accumuler de l’argent, même en Inde. Les visiteurs hindous de ce temple semblaient en effet très généreux et multipliaient les offrandes. Il y avait même des offrandes (à prépayer à la caisse de l’entrée) d’un montant de 5000 ou 10000 Roupies (soit 75 ou 150€) et qui donnaient alors droit à un moment privilégié dans le sanctuaire avec la déesse. Pour attirer tant de fidèles, ce « Amma » s’est simplement proclamé être une réincarnation de la déesse Narayani. Une femme aurait eu une vision en 1992 de la déesse déclarant qu’elle reprenait vie sur terre sous la forme de « Shakti Amma », notre cher gourou. Vu les foules qu’il est capable d’attirer, à priori, cette explication fonctionne plutôt bien. Alors quand même, comme Amma est une réincarnation de la déesse, il a pour mission de faire le bien sur terre. La première manière est de transformer les gens qui visitent son temple en leur donnant une âme meilleure via les messages de bienfaisance que les pèlerins pourront lire et assimiler tout au long du chemin qui mène à la déesse. Et ensuite de manière plus concrète, il tient un hôpital, à la pointe du progrès selon lui, pour soigner les plus pauvres qui en ont besoin. Alors on ne peut que saluer ce dernier point, mais à voir quel est le ratio de dons qui partent dans sa poche par rapport à la partie qui alimente le fonctionnement de cet hôpital. En tout cas, il a une justification toute faite quant à la raison du luxe ostentatoire de son temple : et oui, l’homme est aujourd’hui devenu si matérialiste qu’il faut l’attirer avec des choses superficielles. Mais une fois l’homme attiré par la couverture d’or, il pourra être soigné par la spiritualité intense qui règne dans le temple…

Sripuram_spiritual_oasis

Avant de quitter Vellore, nous sommes quand même allés faire un tour dans le temple historique de Vellore que nous ciblions initialement et ca n’avait rien à voir. C’est sur que celui-ci était beaucoup plus classique.

About the Author

3 thoughts on “Vellore et son golden temple : le disneyland du temple

    • Author gravatar

      Vous n’avez manifestement pas tout compris.
      Amma ne s’est pas proclamé guru aussi facilement, il est né avec des rides sur le front, symbole divin qu’il n’a pas pu se faire tout seul.
      La déesse Narayani n’est pas la déesse de la fortune, c’est celle qui regroupe l’ensemble des dieux indous en quelques sortes, lakshmi est une forme de narayani, pas l’inverse.
      L’argent qui est récolté ne sert pas seulement à entretenir l’hopital mais surtout le centre de recyclage, l’école, le restaurant gratuit pour les pauvres qui est ouvert matin midi et soir mais également un programme environnemental qui se veut dans une logique de développement durable, on plante des arbres, ravitaille les villes en eau et autres actions bénéfiques à la régions et aux alentours.
      Si je me permet de vous dire cela c’est parceque je suis bénévole en ce moment même là bas et que j’ai potassé le sujet avant de m’embarquer dans une organisation gérée par un guru ( j’avais moi même quelques réticences à l’idée d’entrer dans un truc pareil) mais je peux vous dire maintenant que votre discours est déplacé et beaucoup trop tourné sur l’argent.

    • Author gravatar

      Bonjour,
      Que vous disiez que mon discours est déplacé, je ne suis pas tout à fait d’accord. Tout d’abord, ce site expat-bangalore.fr est un blog personnel sur lequel je livre mes impressions sur mes visites et mes expériences en Inde. Je ne fais pas du journalisme. Donc mon impression selon laquelle Vellore est le temple le plus extravagant, le plus clinquant et bling-bling que je n’ai jamais vu et qui respire l’argent à plein nez ne peut être remis en cause, c’est ainsi que je l’ai vécu. Après comme je dis je ne fais pas de journalisme, je n’ai donc pas poussé l’étude de l’association de ce guru plus loin. Je ne doute pas qu’il doit faire plein de choses, plein de projets pour aider les gens qui en ont besoin, néanmoins je serais curieuse de voir une analyse des comptes pour voir si réellement tout ce qui rentre est redonné pour l’association et quelle part va dans sa poche. Peut être rien, mais on peut se poser la question.
      Ensuite merci pour votre précision, sur le fait que Lakshmi est une forme de Narayani et pas l’inverse comme je l’ai écrit. J’essaie de donner des informations correctes sur les dieux, les légendes, j’essaie toujours de recouper via plusieurs sources mais je ne suis pas à l’abri d’une erreur. Il est bien de l’avoir corrigée.
      Par contre, pardon mais le fait qu’il soit né avec une ride sur le front et que ceci soit vu comme un symbole divin légitimant du plus haut niveau son statut de guru, étant plutôt scientifique dans l’âme, je n’adhère pas trop, mais chacun son point de vue…
      En tout cas, profitez bien de cette expérience qui doit être riche et surtout gardez l’œil critique, c’est ce qui compte !

    • Author gravatar

      Bonjour
      Je suis tombée par hasard sur votre blog en cherchant des informations sur le golden temple.
      Nous l’avons visité sur la route de Bengalore à Chennai et j’avoue que je partage votre avis sur l’aspect « bling bling » et « donnez-donnez-donnez-moi » de ce temple…
      J’ai même été profondément choquée qu’avec un tel étalement de richesse ils osent nous dire sur le chemin du départ : « mais au fait, vous pouvez faire une donation ! »
      De donations, pour sûr, ils n’en avaient pas besoin… mais bon, nous, touristes blancs, n’avons que faire de quelques milliers de roupies…
      Merci pour cet article et pour ces informations, que je cherchais !
      Lilie Heliade

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *