Farniente et fiesta à Goa

C’est entre expat’ que nous sommes partis pour le pont du Republic Day. Le programme était simple : farniente et fiesta. C’est donc à Goa, la destination la plus adaptée dans ce cas, que nous avons atterris. Nous logions au Alidia Beach Cottage, un hébergement très bien situé, avec un accès direct à la plage de Baga et à quelques pas du Tito’s, une boîte de nuit célèbre à Goa.

Pour resituer le contexte, Goa est un état de l’Inde (très petit) sur la côté Sud-Ouest de l’Inde, et non une ville comme je le pensais au début… Au Nord de Goa, on trouve les plages animées et adaptées pour faire la fête et au Sud, on trouve des endroits plus sauvages et beaucoup plus tranquilles pour plutôt se reposer.

Palmiers_Goa

Le temps était idéal, 32°C mais avec une petite brise fraîche en bord de mer et une eau dans laquelle on pouvait rentrer directement. Il y avait de bonnes vagues, ce qui en amusait certains mais que je trouvais un peu effrayantes de mon point de vue parfois !

Pour le côté farniente, nous n’avions que l’embarras du choix au niveau des « shacks », ces paillottes en bord de mer qui proposent nourriture, boissons et mettent à disposition les transats, matelas et parasol. Et oui, ici, ce n’est pas comme sur la Côte d’Azur, ce service est généreusement offert aux clients. Bien installés sur nos fauteuils, nous pouvions profiter pleinement de ce bonheur d’être à la mer, au soleil et à la chaleur, en plein mois de janvier. Pour ne point se laisser déshydrater, sans bouger, nous pouvions commander des jus d’orange pressés puis des cocktails le temps de l’apéro venu. Lorsque le soleil bougeait, il n’y avait qu’à demander au plagiste pour que le parasol soit aussitôt déplacé, afin de rester bien à l’ombre. Le pied quoi !

Plage_Goa

Sur la plage, pas mal de touristes étrangers, majoritairement russes mais également énormément d’indiens, venus profiter eux aussi de ce long week end. Comme souvent, on les voyait s’amuser comme des enfants dans l’eau, se baigner tous en famille (tout habillés, l’usage du maillot de bain est rare), crier, rire… ils sont aussi très friands des nombreuses activités nautiques qui sont proposées à Goa : banane ou grosse bouée tirée par un bateau, parachute ascensionnel, jet-ski… bien sûr ici les règles de sécurité sont bien moins draconiennes qu’en France et c’est sans permis que l’on peut s’aventurer en scooter des mers à passant à quelques mètres seulement des baigneurs… sans commentaire.

La plage était surveillée sur différentes zones par des nageurs-sauveteurs, à la tenue digne d’alerte à Malibu, avec le bob rouge un peu moins glamour en prime… Nous, occidentaux, pouvions aller nager n’importe où, zones surveillées ou non. Par contre, l’indien qui mettait un pied dans l’eau de la zone non surveillée, se faisait immédiatement rappeler à l’ordre à grands coups de sifflet. Après de multiples hypothèses, il semble que la plus probable soit le fait que peu d’indiens sachant nager, ils soient obligés de rester sous surveillance permanente pour éviter les noyades. Après je trouvais qu’un occidental aussi pourrait se noyer et que cela ferait désordre, mais bon…

Sauveteurs_Goa

Sinon le farniente c’est bien, mais Stéphane et moi n’avons pas pu nous empêcher d’aller voir un peu plus loin comment c’était. Nous sommes donc partis à la découverte des quelques points d’intérêt de Goa. Ayant peur en scooter qui est le mode de transport le plus répandu ici (pas de casque, automobilistes fous furieux comme souvent en Inde…), c’est donc en rickshaw que nous sommes rendus à la pointe de Chapora et les vestiges de son fort. L’arrière pays que nous avons traversé est vraiment magnifique, les paysages sont très verdoyants, des cocotiers à perte de vue et des hameaux très paisibles. De Chapora, nous avons longés d’autres plages, Vagator et Anjuna, un peu plus tranquilles que Baga.
Plus au Sud de Baga, nous sommes aussi allés voir les restes du fort d’Aguada et la curiosité locale, un immense pétrolier, le « River Princess », échoué sur la plage en 2000 et qui n’a pas pu en être délogé depuis lors.

Vache_et_petrolier_echoue_Goa

Au niveau sorties, nous avons dînés à deux succulents restaurants : le « Fiesta » à Baga et le « Bomras » à Candolim. Excellents tous les 2 ! Et il était ensuite bon d’aller se défouler sur les pistes de danse du Tito’s ou alors dans l’une des soirées sur la plage, musique Bollywood à fond, indiens déchaînés sautant dans tous les sens sur cette musique endiablée. C’est cette dernière option que j’ai préféré comparé au Tito’s où l’on danse enfermés dans un bocal en verre.

About the Author

5 thoughts on “Farniente et fiesta à Goa

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *