La réserve naturelle du Periyar

Le chapitre du Tamil Nadu étant bouclé, nous attaquons maintenant celui du Kerala. La route étant longue de Madurai aux backwaters, nous avons donc décidé de faire escale à Thekkady dans la réserve naturelle du Periyar.

Cette réserve est l’une des plus importante d’Inde du Sud : on y trouve des sambars, des bisons, des macaques, 256 espèces d’oiseaux, des crocodiles, plus de 1000 éléphants et au moins 46 tigres… beau programme, sur le papier du moins…

A peine arrivés, nous nous renseignons donc pour faire un safari dans l’après midi pour découvrir la faune et la flore locale. Une seule option : une marche d’1h30 dans la forêt avec un guide. Il existait une ballade en bateau sur le lac pour observer les animaux depuis l’eau, mais suite à une catastrophe, cette activité a été arrêtée. Effectivement je me souviens que 1 ou 2 mois auparavant j’avais lu dans le journal qu’un bateau de touristes s’était retourné dans le Kérala faisant 50 morts tout de même. Un bison indien (un gaur) était apparu sur une berge et le mouvement de foule de tous les passagers arrivant du même côté avait fait chavirer l’embarcation. Peu d’indiens sachant nager, cela avait donné lieu à une véritable catastrophe. Triste histoire…

Bref, le rendez-vous est pris pour notre ballade en début d’après-midi. Je suis un peu étonnée tout de même car je pense à notre dernier safari dans la réserve de Kabini où nous avions croisés éléphants (dont un qui s’est mis à nous charger…), léopards… si nous sommes à pieds cette fois, cela peut être inquiétant. Bon on verra…

14h, départ de la ballade. Nous sommes sur le qui-vive, aux aguets, prêt à traquer le moindre mammifère aux alentours. Ah ca y est, le premier pointe son nez ! Qu’est ce que c’est ? Ah une biche… bon c’est un bon début après tout. Nous continuons notre marche… Un autre animal nous indique notre guide… Ah encore une biche… bon c’est mignon après tout une biche. Nous continuons, notre guide en profite au passage pour nous montrer différentes espèces d’arbres et de fleurs. Puis il pointe un animal dans un arbre… qu’est ce donc ? Un singe ? Non c’est un écureuil. Mais attention pas n’importe lequel, un écureuil géant. Ca c’est original non ? Il n’est pas tout près et il nous faut quand même prendre le zoom x12 de l’appareil pour l’observer à peu près correctement. Nous nous renseignons alors auprès de notre guide pour savoir si il voit souvent des tigres ou des éléphants… Alors oui il en a déjà vu, mais peut être deux fois en 10 ans… bon comme ca c’est clair au moins, nous sommes fixés sur le reste de la promenade. Nous avons encore vu au moins 5 biches et un bébé faon tout mignon, une peau de serpent qui avait mué, quelques végétaux… et voilà je pense que nous avons fait le tour du sujet. Rien d’excitant non effectivement. Finalement la bête la plus impressionnante que nous ayons croisée à Thekkady fut un gros serpent long de plusieurs mètres lové dans un arbre juste à côté de l’hôtel. Comme quoi il ne fallait pas aller bien loin. Mais bon si on voit les choses du coté positif, cela nous aura quand même bien dégourdi les jambes cette ballade en forêt et fait prendre un bon bol d’air avant de reprendre la route. Pour les animaux sauvages, il vaut mieux aller à Kabini, c’est sûr.

Faon_Periyar

Ecureuil_geant_thekkady

Serpent_Thekkady

Le soir, nous avons assisté à deux spectacles d’arts du Kerala. Le premier fut un show de kalaripayattu, une discipline qui mélange acrobaties, combat et maniement des armes.

kalaripayattu

Nous avons enchainé par un spectacle de théâtre dansé très populaire dans le Kérala, le kathakali. L’histoire est toujours la même et est connu d’avance, il s’agit des aventures de Rama, Sita, Ravana… extraites du Ramayana. Les acteurs, exclusivement masculins, portent des costumes et des maquillages haut en couleurs et très impressionnants. Même si l’on connaît l’histoire d’avance (heureusement pour ceux qui ne connaissent pas par cœur le Ramayana, une feuille avec un résumé est donnée avant la représentation), l’intrigue n’est pas facile à suivre. En effet durant ce spectacle étonnant, les acteurs ne prononcent pas un son. Les émotions, les actions sont toutes suggérées par des mouvements des sourcils, des yeux, des lèvres… Cela donne lieu à une vraie gymnastique du visage, chaque muscle est maitrisé. Des combinaisons prédéfinies des doigts ont aussi des significations bien établies, aidant à l’interprétation de l’histoire. Sur le côté, un groupe de percussionnistes rythme les actions bruyamment. A la sortie, ce qui était drôle, c’est que chacun avait une interprétation différente de l’histoire que nous avions vue !

Kathakali

About the Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *