Pushkar sous un faux air de Bretagne

Au petit matin, nous sommes partis pour Pushkar à 3h de route de Jaipur. Départ donc à 6h pour pouvoir profiter d’une journée quasi-complète sur place. Bon, la veille, le chauffeur a failli tomber à la renverse quand on lui a indiqué l’heure à laquelle on voulait partir. Ok il faisait encore noir quand on a démarré, ce qu’on ne savait pas, mais bon on aime bien profiter au maximum des journées…

Départ sous la pluie et… arrivée sous la pluie encore :-(. Nous avions espéré que cela s’arrange pendant la nuit, mais rien n’y a fait malheureusement.
C’est donc sous un crachin digne de la Bretagne que nous avons commencé la visite de Pushkar. En plus, c’était marée basse ici. Le lac bordé par 57 ghâts, qui fait une partie du charme de Pushkar, est à sec. Il reste à peine quelques mares à quelques endroits. Stéphane qui avait visité la ville il y a une dizaine d’années sous un soleil de plomb et avec le lac rempli a été quelque peu dépaysé.

Espérant quand même une éclaircie qui ne vint jamais, nous avons poursuivi la visite. La ville renferme un temple pour le culte de Brahma, le seul d’Inde. Je n’avais en effet jamais compris pourquoi Brahma qui est un des 3 dieux les plus importants del’hindouisme avec Vishnou et Shiva, n’avait lui pas de temple en son honneur. En effet, selon la légende, Brahma voulait pratiquer un yagna (automortification) près du lac de Pushkar. Son épouse, Savitri, ne l’ayant pas accompagné, il épousa une autre femme. Savitri, contrariée, fit le vœu que Brahma ne soit vénéré nulle part ailleurs.
Petit tour ensuite d’un temple juché sur une colline qui permet d’avoir une jolie vue panoramique de la ville. A la descente, en continuant le tour des ghâts, nous sommes tombés sur une rue très (trop ?) touristique où les échoppes de souvenirs pour touristes s’alignaient les unes après les autres. Gros changement par rapport à tous les endroits beaucoup plus reculés que nous avions visités jusqu’à présent. Toutefois, en s’éloignant des artères principales, on trouve des petites rues très authentiques et pleines de charme. Le point positif du côté touristique est que nous avons pu trouver des terrasses très agréables pour boire un verre et se restaurer, ce que nous ne pouvions jamais trouver jusqu’à présent. Pas trop de sophistication dans les menus tout de même, l’alcool, la viande et les œufs étant totalement interdits dans la ville.
Voici quelques photos de la ville, cela ne sont surement pas les plus jolies qu’il puisse exister vu les conditions, mais ça a son charme aussi, c’est différent…

Ghats_de_Pushkar

Vieil_homme_et_l_enfant

Vieille_ville_de_Pushkar

Petite nuit au Kishan Palace, qui contrairement à son nom, est un hôtel petit budget mais qui mérite d’être connu. L’endroit est ravissant, jolies fresques indiennes sur les murs, patio verdoyant, espaces cosy où prendre un verre et diner, et un accueil des plus soignés. Les chambres qui sont elles plus simples, sont très grandes et impeccables.

About the Author

1 thought on “Pushkar sous un faux air de Bretagne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *